Search
  • INITIO

Episode 5 - "Bitcoin ne sert à rien...Je ne peux rien acheter avec"

Updated: Jun 16


Il est vrai que Bitcoin semble actuellement peu adapté pour effectuer les achats du quotidien. La forte volatilité du prix, combinée au faible nombre de transactions que le réseau Bitcoin peut traiter, empêche pour le moment l'incroyable invention de Satoshi Nakamoto de réellement s'imposer comme moyen de paiement. Cependant, délaisser Bitcoin pour cette raison serait absurde. Pouvions-nous visionner Youtube ou Netflix dans les années 90? Non... Le réseau et les infrastructures de télécommunication en étaient incapables. Il en est de même avec Bitcoin. Le développement et l'adoption de cette nouvelle technologie prendra du temps, mais nous sommes sur la bonne voie.



Le processus d'adoption d'une monnaie


Une monnaie s'impose très rarement directement comme moyen d'échange. Comme nous l'avons vu dans un des premiers épisodes (Les origines de l'argent), une denrée/outil/matériau passe généralement par plusieurs étapes avant d'être considéré comme une monnaie au sein d’un groupe de personnes (source). Si on analyse l'histoire de la plupart des monnaies ayant été adoptées naturellement, toutes ont suivi le processus ci-dessous (très bien décrit dans The Theory of Money and Credit de Ludwig von Mises):


Appelons AAA un matériau ou un objet.

  1. Tout d'abord, AAA est utilisé de manière très concrète. Il s'agit le plus souvent d'une matière première - comme le sel ou l'or par exemple. Cette première étape est fondamentale. Il s'agit de l'étincelle initiale qui lance le processus d'adoption d'une monnaie. Sans utilité primaire, la denrée en question ne semble pas pouvoir émerger sur le marché, et éventuellement être plus tard considérée comme monnaie.

  2. Compte tenu de ses propriétés physiques (surtout sa rareté et sa conservabilité), AAA apparait spontanément comme une réserve de valeur intéressante. AAA permet en effet de conserver un avoir dans le temps sans risque de détérioration ou de dévaluation (inflation monétaire).

  3. Lorsque AAA a été adopté massivement comme réserve de valeur, les individus du groupe commencent à l'échanger pour régler des transactions. AAA évolue alors progressivement en moyen d'échange.

  4. Finalement, après avoir été adopté par tout un groupe comme réserve de valeur et moyen d'échange, l'étape suivante naturelle est d'exprimer la valeur de tous les autres matériaux, objets ou services en fonction de AAA. Ce dernier devient un moyen standardisé d'expression de la valeur ou 'unité de compte'.

  5. AAA remplit alors les 3 fonctions principales de la monnaie: réserve de valeur, moyen d'échange et unité de compte.


Le cas Bitcoin


Pendant les premières années, Bitcoin était utilisé majoritairement comme moyen d'échange par des réseaux criminels, pour des jeux d'argent, l'achat de substances illicites, ou des bases de données piratées. C'est une réalité. Bitcoin a eu une enfance difficile et agitée. Compte tenu de ses propriétés (ouverture et impartialité), Bitcoin apparaissait en effet comme l'outil idéal pour régler des transactions de manière discrète sur Internet. Maintenant, notons que ce type de transactions ne représentait déjà plus que 1 à 2% du volume total en 2013 (source)...


Le processus d'adoption de Bitcoin en tant que monnaie paraît donc un peu spécial car quelques unes des étapes mentionnées ci-dessus semblent avoir été omises. L' utilisation concrète initiale de Bitcoin n'était pas l'artisanat ou l'industrie, mais bel et bien directement un moyen de régler des transactions en ligne. Voilà l'utilité primaire, l'étincelle, qui a permis de lancer le processus d'adoption.


Pour être précis, j'aimerais également ajouter qu'il y avait une autre demande pour Bitcoin à l'époque. De nombreux geeks et cypherpunks, curieux et sceptiques quant à l'invention de Satoshi, voulaient aussi posséder des bitcoins pour tester la technologie, et éventuellement être le premier à trouver la faille...


Au final, peu importe la raison, des individus ont voulu à un moment donné posséder des bitcoins. Ces derniers avaient donc de la valeur aux yeux de certaines personnes. Ainsi, le 12 octobre 2009, un prix a été défini spontanément par la toute première paire acheteur/vendeur: 5500 bitcoins pour 5$... Le premier domino venait de tomber.



Ensuite, compte tenu de ses propriétés et de son taux d'inflation prévisible, inaltérable, et diminuant tous les 4 ans, un certain nombre de personnes ont également vu en Bitcoin la réserve de valeur parfaite - l'or de l'ère digitale. Et c'est justement ce potentiel qui pousse dorénavant beaucoup d'investisseurs et d'épargnants à acheter et à conserver des bitcoins. Ces derniers ont la conviction que Bitcoin remplacera ou du moins concurrencera dans les prochaines années la plupart des réserves de valeur actuelles (métaux précieux, art, immobilier, vin, voitures de collection, etc.). Pour beaucoup, Bitcoin a parfaitement sa place dans cette catégorie d'objets (physiques ou digitaux) rares, et donc cher.


Et voilà en nous en sommes en 2021... Bitcoin n'est qu'un adolescent, évoluant lentement et péniblement en réserve de valeur. Et bien évidemment cette croissance ne se fait pas en ligne droite. Bitcoin ne peut pas passer de $0.001 à $1'000'000 en claquant des doigts. Ce processus entraine forcement une extrême volatilité - expliquée entre autres par des marchés financiers voyant en cet actif une promesse de rendement incroyable.


De plus, Bitcoin tente de remplacer en quelques décennies une technologie (l'or) qui a été utilisé pendant plusieurs millénaires. Cette compression temporelle amène automatiquement quelques turbulences. Cependant, comme nous l'avons vu dans l'épisode "Bitcoin n'est qu'une bulle spéculative archi-volatile", le prix du Bitcoin ne fait qu'augmenter depuis 12 ans et sa volatilité ne fait que diminuer.



Je recommande également vivement cet article de Tomer Strolight qui évoque le fait que Bitcoin, en tant que tel, est extrêmement stable. La variabilité apparente vient de l'écosystème (les marchés financiers et les monnaies papiers) dans lequel Bitcoin navigue.


Bitcoin comme moyen d'échange


Comme mentionné au début de cet article, Bitcoin ne semble pas encore prêt et capable de supporter toutes les transactions du quotidien. Bitcoin est capable de gérer à peine 10 transactions par seconde, contre 60'000 au maximum pour un réseau centralisé comme VISA. Toutefois, conclure que Bitcoin n'est pas un moyen d'échange uniquement pour cette raison serait erroné. Bitcoin est d'ores et déjà utilisé comme moyen de paiement (étape 3 du processus) - mais pour des transactions différentes. En effet, il ne faut pas voir Bitcoin comme un moyen de payer son café chez Starbucks, mais plutôt pour faire transiter à l'autre bout de la planète des millions voire des milliards de dollars. Et dans cet exercice, Bitcoin excelle... Aujourd'hui, les virements internationaux conséquents coutent des dizaines voire des centaines de milliers de dollars, et prennent généralement plusieurs jours (lorsque les banques sont ouvertes). Si vous désirez faire transiter une quantité importante d'or d'un point A à un point B, le projet est encore plus ambitieux, avec une logistique digne d'un blockbuster hollywoodien.


De son côté, Bitcoin permet d'effectuer ces grosses transactions quasiment instantanément pour quelques Dollars, et tout cela installé confortablement derrière son ordinateur. Pour correctement analyser Bitcoin, il ne faut pas réfléchir en nombre de transactions par seconde, mais bien en $ par seconde. Sachez qu'aujourd'hui (mars 2021), le réseau Bitcoin fait d'ores et déjà transiter plus de valeur quotidiennement qu'un géant de la Tech comme Paypal ($3 milliards vs $5 milliards par jour pour Bitcoin). Un des plus importants transferts sur le réseau Bitcoin (1,15 milliard de dollars) a par exemple été effectué en 2020 en moins d'une heure pour la modique somme de $3 (article).


Si vous ne voyez toujours pas le potentiel gigantesque de cette technologie, il n'y a plus rien à faire... Bitcoin n'est pas à comparer à VISA, Mastercard ou Paypal, mais avec tout le système monétaire et financier international.


A quoi pourrait ressembler le futur


Dans plusieurs années (voir décennies), Bitcoin aura considérablement évolué et son prix variera surement comme celles des monnaies papier (Euro, Dollar, etc.). Toutefois, même à ce stade, je ne pense pas que les gens utiliseront leurs bitcoins pour acheter leur café chez Starbucks ou faire leurs courses chez Monoprix. En effet, le scénario le plus probable est que Bitcoin cohabite dans le futur avec les monnaies étatiques, et ce sera ces devises (euro digital, dollar digital, etc…) qui seront dépensées. Cela s’explique par la loi de Gresham: la mauvaise monnaie remplace la bonne dans l'économie. C'est relativement simple à comprendre. Les gens conservent et épargnent la monnaie fiable qui s'apprécie (or, bitcoin, etc.), et dépensent la monnaie qui se déprécie (dont le pouvoir d'achat baisse avec le temps).


Conclusion


En définitive, vouloir que Bitcoin soit immédiatement utilisé comme moyen d'échange au quotidien n'est pas réaliste. De plus, comme expliqué plus haut, ce ne sera peut-être jamais le cas. Les monnaies étatiques seront probablement encore présentes dans les décennies à venir, et les achats du quotidien seront surement toujours réglés avec ces dernières. Toutefois, Bitcoin sera partout, mais invisible. Comme Internet aujourd'hui. Les technologies et applications mobiles futures vous permettront sans doute par exemple d'avoir un compte en banque comprenant des bitcoins et des monnaies étatiques, et vous passerez de l'une à l'autre sans même vous en apercevoir.


Episode suivant: "Le prochain Bitcoin sera meilleur"


---------------------------------------


Abonne-toi à INITIO sur Twitter!



264 views0 comments

Recent Posts

See All