Search
  • INITIO

Episode 12 - "Bitcoin n'est utilisé que pour des activités illicites et le blanchissement d'argent"

Updated: Jun 9



Cette affirmation est tout simplement fausse...



D'après une récente étude de ChainAnalysis et validée par le prestigieux magazine Forbes, les activités criminelles représentaient en 2019 seulement 2.1% du volume (ou $21 milliards) des transactions traitées sur le réseau Bitcoin.


A titre de comparaison, en octobre 2020, la Danske Bank était impliquée dans un cas de blanchiment d'argent portant sur 200 milliards d'euros venant d'ex-républiques soviétiques et de Russie. Ou encore, cet autre cas impliquant plusieurs banques américaines, portant sur 2000 milliards de dollars, accusées d'avoir fait transiter des capitaux de criminels présumés. Pour remettre les choses dans leur contexte, tous les bitcoins en circulation à l'écriture de cet article représentent seulement 1000 milliards de dollars... C'est l'arbre qui cache la forêt. Bitcoin n'est qu'un amateur comparé au Cartel bancaire international.



Maintenant, vous pourriez rétorquer que réduire le blanchiment d'argent de 20 milliards de dollars serait déjà un début. En effet...


Mais faut-il complètement condamner une nouvelle technologie car un certain nombre de criminels l'utilisent? Devrions-nous couper Internet à cause de certains sites pédopornographiques immondes, ou alors supprimer Youtube car la plateforme est parfois utilisée pour promouvoir des idées racistes et homophobes? Devrions-nous interdire les voitures car certains automobilistes conduisent en état d'ivresse? Bien sur que non.



Il faut par contre apporter un cadre législatif encadrant l’utilisation de ces nouvelles technologies (y compris Bitcoin) et éviter au maximum ce genre de dérive. Le défi est de trouver le juste milieu entre liberté d’innovation et régulation afin de ne pas voir tout ce nouvel écosystème migrer dans des régions où les autorités seraient plus compréhensives.


Michael Morell, analyste à la CIA entre 1980 et 2013, arrive aux mêmes conclusions dans son rapport issu en Avril 2021. Les accusations sur l'utilisation de Bitcoin pour le financement d'activités illicites sont largement surestimées. De plus, ce dernier affirme que Bitcoin et la plupart des autres crypto-monnaies seraient plutôt bénéfiques à la lutte contre le blanchiment d'argent et le terrorisme compte tenu du fait que toutes les transactions effectuées sur ces réseaux sont visibles, et donc traçables pour quiconque en aurait la capacité technique.


Episode suivant: "La technologie Blockchain OUI. Mais Bitcoin NON".


Abonne-toi à INITIO sur Twitter!



146 views0 comments

Recent Posts

See All